Le Panthéon de Rome

Si l’actualité du mois de janvier a été dominée par la sortie de l’ensemble 21022 Lincoln Memorial et la découverte des ensembles 21023 Flatiron Building et 21024 Louvre révélés à la dernière Spielwarenmesse, celle du début du mois de février pourrait bien l’être par l’espagnol Víctor Martínez Nouvilas. Víctor, alias MolochBaal, est un étudiant madrilène fan de LEGO® qui vient d’ajouter sur sa galerie Flickr deux très belles créations. La première à laquelle est consacré cet article est une reproduction du Panthéon de Rome, en Italie.

L’intérêt de Víctor pour le Panthéon n’est pas récent puisqu’il en avait déjà conçu une reproduction en 2011, reproduction qu’il avait d’ailleurs proposée sur LEGO® Cuusoo, l’ancêtre de LEGO® Ideas. Cette nouvelle version comprend 507 pièces. Elle mesure 18 tenons de large, 24 de profondeur et 10,1/3 briques de haut, plateau compris. Les volumes et les proportions du modèle original sont plutôt bien respectés, et Víctor a réussi à conserver le contraste entre un portique léger et un bâtiment de transition et une rotonde massifs. Reproduction polychrome, le choix des couleurs y est parfois discutable comme le fait d’en avoir choisies deux différentes pour concevoir le portique d’une part et le bâtiment de transition et la rotonde d’autre part, ce qui rompt avec la volonté d’unité de l’ensemble. Ailleurs Víctor en fait une meilleure utilisation pour suggérer le décors sculpté comme les corniches. Mon coup de cœur va cependant à l’utilisation de bracelets (pièce 33291 Bracelet Upper Part) pour recréer les chapiteaux corinthiens des colonnes du portique.

Mais ce qui m’interpelle le plus, c’est la volonté de Víctor de rendre au monument une sorte d’état originel. En effet, la réalisation de Víctor ne reproduit pas le Panthéon tel qu’on peut le voir aujourd’hui mais surélevé de plusieurs marches tel qu’il était dans le passé. D’autre part, Víctor a pris soin de préciser dans le visuel qui reprend celui des boîtes de la série LEGO® Architecture que sa reproduction est celle du modèle original en 125 après Jésus-Christ. Ce type d’information chronologique est totalement absent de la série et n’est indiqué ni sur la boîte ni sur le livret d’aucun ensemble. Et pour cause puisqu’il est contraire à sa philosophie qui a toujours été de restituer les édifices dans leur état actuel. Enfin et surtout, Víctor a placé à l’avant de sa composition deux brasiers. Le problème n’est pas de savoir si leur présence est attestée ou non à cette époque (encore que) mais plutôt d’avoir fait le choix de les représenter avec une flamme, c’est-à-dire allumés. Ce détail, aussi petit soit-il, a pour effet d’apporter, plus qu’un semblant de vie, une trace d’activité humaine primitive là encore étrangère à la série. Au final, il est intéressant de voir comment d’un côté Víctor a fait des efforts pour inscrire sa création dans le courant de la série LEGO® Architecture en en reprenant tous les codes visuels, et de l’autre comment il s’en démarque en renvoyant son sujet dans un passé révolu.

Le Panthéon de Rome se situe piazza della Rotonda, en plein cœur de la ville. C’est un ancien temple construit pour la première fois en 27 avant Jésus-Christ à l’initiative du consul Agrippa dont on peut encore lire le nom sur la façade principale. Détruit lors d’un incendie en 110, il est reconstruit sous le règne de l’empereur Hadrien vers 125. C’est à ce moment qu’il acquiert la forme si particulière qu’on lui connaît encore aujourd’hui. Le monument est alors élevé sur un podium de 1,3 mètres de haut qui a quasiment disparu aujourd’hui à cause de la surélévation du niveau du sol dû à un phénomène d’accumulation de matière. Il est composé d’un portique rectangulaire coiffé d’un toit à deux versants supporté par seize colonnes, d’une structure intermédiaire rectangulaire pourvue d’un toit-terrasse, et d’une rotonde recouverte d’un dôme. Le Panthéon offre donc un double contraste : Un premier au niveau des formes employées et un second au niveau de la densité des volumes représentés entre d’un côté un portique très léger et de l’autre, un corps de bâtiment très massif. La liaison entre ces divers éléments s’opère grâce à la présence de corniches dont le motif des modillons est répété aussi bien le long de la rotonde et de la structure intermédiaire que sur les côtés des frontons ; une caractéristique que Víctor a plus ou moins bien restituée dans sa reproduction.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s