Auteur : stephane769

Independence Hall

LEGO Independence Hall

Cela faisait des semaines que je l’attendais : Chris Elliott, alias ChrisElliottArt, a fini par révéler la reproduction de l’Independence Hall sur laquelle il travaillait depuis des mois, et le moins que l’on puisse dire est que cela valait la peine d’attendre ! Sa création est juste somptueuse et ce, à plusieurs points de vue : esthétique, technique et matériel.

Il me faut vous dire que j’adore la brique en tant que matériau de construction. J’ai donc une certaine attirance pour l’architecture georgienne dont c’est un des éléments caractéristiques et dont l’Independence Hall est un parfait exemple. Chris Elliott a donc très justement utilisé des pièces dont la couleur orange sombre (dark orange) restitue parfaitement celle de la brique. Mais Chris Elliott qui est par ailleurs photographe, designer et développeur web, a fait le choix d’accentuer certaines nuances de couleurs pour transformer ce qui aurait pu être une reproduction relativement simple en une création très colorée. Ainsi, au lieu d’utiliser uniformément du orange sombre (dark orange), il a préféré utiliser d’autres couleurs voisines comme du brun rougeâtre (reddish brown) pour le soubassement, et du orange vif (bright orange) pour les allées. De la même façon, il a reproduit le clocher, la balustrade, l’horloge du mur pignon et la porte en blanc, et a restitué les angles des murs et les corniches en gris (medium stone grey), alors qu’il aurait pu se contenter d’utiliser du blanc partout. Chris Elliott a également profité de certains éléments pour rajouter des touches de couleurs supplémentaires comme la statue de George Washington couleur argent (silver metallic), les cadrans des horloges couleur bleu et gris ardoise (sand blue), la girouette couleur or (warm gold) et le drapeau américain tricolore.

LEGO Independence Hall clocher

D’un point de vue technique, Chris Elliott a réalisé une bonne part de sa construction en utilisant la technique dite du SNOT. C’est-à-dire qu’il a conçu certaines parties de sa création en disposant les pièces non pas les tenons orientés vers le haut mais vers le côté, ce qui lui a permis de limiter la largeur des fenêtres à l’épaisseur d’une plaque (plate), et de réaliser une reproduction à la fois réduite et détaillée. Le plus remarquable est que les rangées de fenêtres ainsi créées sur la façade avant sont séparées par deux plaques et demi. En effet, Chris Elliott a utilisé la partie la plus fine de plaques d’angle (angle plates) pour réaliser une façade très finement détaillée. Enfin, je trouve très astucieuse la façon dont Chris Elliott a détourné des robinets (taps) pour réaliser la partie supérieure du clocher, ainsi qu’une main (mini hand) de minifigure pour représenter la girouette.

Je n’ai jamais snobé les créations numériques. Tout d’abord, parce que construire des créations en briques plastiques a un coût que tout le monde ne peut pas assumer. Ensuite parce que les pièces disponibles dans les logiciels de conception n’existent pas toutes réellement et que c’est parfois frustrant de devoir faire sans. Enfin parce que concevoir numériquement demande un travail qui n’est pas moins méritant. Cela étant dit, que Chris Elliott soit parvenu à réaliser une version plastique de sa reproduction de l’Independence Hall est encore plus exceptionnel. D’une part parce que ses choix esthétiques ont rendu l’acquisition de certaines pièces très difficile. C’est le cas, par exemple, de la plaque (plate) 1×1 orange sombre (dark orange) qui n’est présente dans aucun ensemble mais que Chris Elliott a quand même réussi à trouver sur BrickLink. D’autre part parce que Chris Elliott a été jusqu’à faire faire certaines pièces. C’est le cas des horloges du clocher que Chris Elliott a lui-même conçues et qu’il a fait imprimer par BrickEngraver dont j’ai déjà vanté la qualité du travail.

Fan de briques LEGO® et d’automobile, Chris Elliott réalisait avec sa reproduction de l’Independence Hall, non loin duquel il a vécu pendant trois ans, sa première création dans le style LEGO® Architecture. Photographe et designer, il est doté d’un très grand sens du détail. Le plus remarquable est qu’il ne se contente pas de reproduire l’Independence Hall, il exploite toutes les possibilités offertes par les briques LEGO® pour sublimer son modèle.

Independence Hall

L’Independence Hall, initialement Pennsylvania State House, est un bâtiment qui se situe à Philadelphie, dans l’état de Pennsylvanie, aux États-Unis. Construit entre 1732 et 1753 dans un style georgien propre au monde anglophone jusque dans la première moitié du XIXe siècle, l’Independence Hall a été érigé pour abriter l’assemblée coloniale de Pennsylvanie. Deux noms sont associés à sa conception, ceux d’Edmund Woolley et d’Andrew Hamilton. Des études récentes ont montré le rôle mineur joué par Andrew Hamilton, faisant d’Edmund Woolley le principal architecte de l’Independence Hall. Son clocher souffrant de problèmes structurels, il a été démonté en 1781 et reconstruit en 1828 d’après les plans de William Strickland. Cependant, l’Independence Hall est moins connu pour son architecture que pour les événements qui s’y sont passés. En effet, c’est à l’intérieur que furent rédigées et signées la Déclaration d’indépendance et la Constitution des États-Unis, respectivement en 1776 et 1787. Pour cette raison l’Independence Hall est classé sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979.

On sait peu de choses sur Edmund Wooley. Il est né en Angleterre vers 1695 et émigra aux États-Unis vers 1705. Il devint architecte et maître charpentier, et fut l’un des premiers membres de la Compagnie des charpentiers de la ville et du comté de Philadelphie. Il conçu différents bâtiments à Philadelphie et en Pennsylvanie dont la Whitefield Meeting House, construite en 1740 et qui était, à l’époque, le plus grand bâtiment de Philadelphie. Edmund Wooley est mort en 1771.

Publicités

Rok Žgalin Kobe : Entre la Slovénie et le Danemark

Rok Zgalin Kobe

RTV SLO, la radio-télévision publique slovène, a publié au début du mois sur son site web une interview de Rok Žgalin Kobe réalisée en anglais par une certaine Danila Golob. Ne voulant pas orienter les réponses, j’ai attendu que le concours LEGO® Architecture soit clos pour vous en proposer une traduction.

L’architecte slovène Rok Žgalin Kobe travaille depuis 2011 comme designer et consultant technique pour le groupe LEGO, le plus grand fabriquant de jouet du monde. Il conçoit des modèles de bâtiments et de monuments mondialement célèbres pour LEGO® Architecture, une série consacrée au passé, au présent et au futur de l’architecture, et les résultats de son travail ont déjà ravi toutes les générations.

Rok Žgalin Kobe est le deuxième artiste architecte [après Adam Reed Tucker et avant Michael Hepp] dont le nom figure sur les boîtes de briques LEGO®. Big Ben, l’Imperial Hotel, le siège des Nations Unies, le Marina Bay Sands et la fontaine de Trevi font parties des modèles fascinants conçus par l’architecte slovène.

21050 LEGO Architecture Studio

Quand le groupe LEGO lança un concours international pour permettre aux architectes de participer au développement de la série LEGO® Architecture, ce grand fan de briques LEGO® – elles constituaient déjà sa distraction préférée durant l’enfance – postula et obtint le poste. « C’est mon savoir-faire, mes efforts, ma passion et un peu de chance qui m’ont permis d’être là », explique Rok Žgalin Kobe. En tant que collaborateur professionnel et scientifique, il a pris une part importante dans le développement de l’ensemble 21050 LEGO Architecture Studio, un produit ambitieux qui combine construction, sérieux et réflexions architecturales. L’ensemble est destiné aux architectes confirmés comme à ceux aspirant à le devenir.

Rok Žgalin Kobe étudie désormais la faisabilité d’autres bâtiments et monuments en briques LEGO®. Il développe ensuite les modèles sélectionnés jusqu’à l’étape finale, un processus qui doit répondre à de nombreux critères propres et difficiles, et qui se reflète dans la qualité du produit final. L’architecte slovène est fier du fait que plusieurs de ses idées personnelles ont été réalisées par une aussi grande compagnie.

LEGO United Nations Headquarters inauguration

Son travail comprend le modèle du siège des Nations Unies dont l’inauguration le 20 septembre 2013 constitua un événement majeur. C’est en effet le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon lui-même, qui plaça la brique finale sur la réplique agrandie de l’ensemble 21018 United Nations Headquarters. Rok Žgalin Kobe explique que ce projet, l’un des nombreux qu’il a proposé, a d’abord été rejeté. Mais comme il était particulièrement enthousiaste à cette idée, il réalisa lui-même un modèle et le présenta à l’entreprise. C’est alors qu’il fut accepté. « Le modèle ne nécessita que quelques corrections mineures avant sa production, donc je suis fier de pouvoir dire que sa conception est entièrement de moi », avoue Rok Žgalin Kobe. Une autre preuve de son succès est que la série LEGO® Architecture est restée au catalogue annuel des gammes LEGO® qui subit pourtant des changements assez fréquemment.

21020 Trevi Fountain

Quels sont les projets actuels de la série LEGO® Architecture ? « Les futurs produits constituent, bien sûr, un secret bien gardé, comme le sont les critères de sélection », répond pudiquement Rok Žgalin Kobe. Mais un challenge personnel particulier tourne autour de bâtiments dont la forme architecturale semble difficile à restituer en briques LEGO®. « Ceux-ci comprenaient le Marina Bay Sands et la tour Eiffel. Je serai également heureux de pouvoir reproduire des bâtiments slovènes », souligne l’architecte. A-t-il une préférence personnelle parmi la collection de modèles de bâtiments et de monuments qu’il a créée ? « Celui que je préfère le plus est celui de la fontaine de Trévi ; non seulement parce qu’il représente une certaine évolution dans le design de la série, mais parce que la fontaine de Trévi et Rome ont aussi joué un rôle important dans ma vie personnelle. Alors que nous attendions notre enfant, ma femme et moi songions a appeler notre fils Remus, l’un des frères du mythe de la fondation de Rome. L’idée de reproduire la fontaine en briques LEGO® s’est concrétisée seulement un an plus tard », se souvient Rok Žgalin Kobe.

Les briques LEGO® ne sont pas seulement présentes à son travail mais le sont aussi à la maison puisque Rok et son fils aîné passent de nombreuses heures à créer avec elles. « À travers lui je revis mes propres souvenirs, comme quand nous jouons avec les modèles que j’ai eu quand j’étais moi-même un enfant. Et il y a encore de nombreuses années de jeu à venir puisque mon fils cadet s’y mettra bientôt également », raconte le concepteur slovène avec fierté.

Tromostovje

Bien que Rok Žgalin Kobe réalise la majeure partie de son travail pour le groupe LEGO depuis la Slovénie, il se rend fréquemment au Danemark. Mais son foyer reste en Slovénie. Qu’est-ce qu’il y préfère ? « Elle offre une qualité de vie élevée qui peut véritablement dépasser celle de pays aux standards théoriquement plus élevés. La Slovénie offre un haut niveau d’éducation et est un pays très sûr. Cependant, son plus grand avantage est son excellente position géographique et la relative proximité de paysages extrêmement divers depuis les Alpes jusqu’à l’Adriatique. Cela permet des loisirs différents et de qualité », conclut l’architecte à succès Rok Žgalin Kobe. Nous sommes certains qu’il est déjà en train de réfléchir à l’adaptation de nouveaux monuments en briques LEGO®. Alors qui sait, peut-être que ceux-ci comprendront un jour le Triple Pont de Jože Plečnik [à Ljubljana] ?

Concours LEGO® Architecture : Les résultats

LEGO Architecture The landmark series

Voici les résultats du concours que je vous ai proposé pour fêter le premier anniversaire de De Brickectura. Les questions étaient les suivantes :

  1. Quel est le nom du premier ensemble officiel de la série LEGO® Architecture ? Il s’agit de l’ensemble 21000 Sears Tower paru en 2008. L’ensemble 21000 Willis Tower, paru lui en 2011, est une réédition qui prend en compte le changement de nom du gratte-ciel intervenu en 2009. Quant à l’ensemble 19710 Sears Tower, paru en 2007 avec l’ensemble 19720 John Hancock Center, il s’agit d’une première version emballée et distribuée par Brickstructures, Inc., la société fondée par Adam Reed Tucker. Le design de la boîte, dont la conception a été laissée à Adam, est différent et le logo LEGO® Architecture en est absent. À l’époque, on ne parle donc pas encore officiellement d’ensemble ni de série LEGO® Architecture.
  2. Quel est le nom du concepteur de l’ensemble 21022 Lincoln Memorial ? Il s’agit de Rok Žgalin Kobe. Son nom n’est indiqué ni sur la boîte, ni dans le livret de l’ensemble, ni dans le livre LEGO® Architecture: The Visual Guide paru bien avant. J’avais donc, à l’époque de sa sortie, directement posé la question à l’équipe LEGO® Architecture dont j’avais dévoilé la réponse dans le compte-rendu que j’en avais fait.
  3. Frank Lloyd Wright, Le Corbusier, Ludwig Mies van der Rohe, Moshe Safdie, Zaha Hadid : Parmi ces cinq architectes, lequel ou laquelle n’a pas encore rejoint la série LEGO® Architecture ? Il s’agit de Zaha Hadid. Frank Lloyd Wright a conçu le Solomon R. Guggenheim Museum®, Fallingwater®, la Robie™ House et l’Imperial Hotel ; Le Corbusier a réalisé la villa Savoye ; Ludwig Mies van der Rohe, la Farnsworth House™ ; et Moshe Safdie, le Marina Bay Sands. Comme l’ont fait remarquer certains d’entre vous, il est peu probable qu’une œuvre de Zaha Haid rejoigne un jour la série LEGO® Architecture, tant son style qui conjugue lignes courbes et angles aigus est difficile a restituer en briques LEGO®. C’était surtout l’occasion pour moi d’attirer l’attention sur le fait que de tous les architectes qui ont rejoint la série LEGO® Architecture, aucun n’est une femme !

Seules 11 personnes ont participé à ce concours en répondant soit directement sur De Brickectura, soit à l’adresse électronique que j’avais indiquée. Sur ces 11 participants, 8 avaient les trois bonnes réponses. Les gagnants tirés au sort sont :

  1. Vincent Leboeuf qui remporte un exemplaire de l’ensemble 21023 Flatiron Building ainsi qu’un t-shirt LEGO® Architecture ;
  2. Anthony Cousin qui remporte un exemplaire de l’ensemble 21019 The Eiffel Tower ainsi qu’un poster LEGO® Architecture ;
  3. Guillaume Pisella qui remporte un exemplaire de l’ensemble 21007 Rockefeller Center.

Félicitations à vous trois ! J’ai, grâce à vos commentaires ou vos messages, vos adresses électroniques. Je reviens vers vous dans la journée afin de vous remettre vos cadeaux.

Merci à toutes les personnes qui ont participé à ce concours et, notamment, à toutes celles qui en ont profité pour me laisser un message de sympathie.

Enfin, je remercie à nouveau tous les membres du groupe LEGO et plus particulièrement Kim du CEE Support Community, ainsi que Kristina et toute l’équipe LEGO® Architecture sans qui je n’aurais pas pu vous proposer tous ces lots.

Villa Cavrois, renaissance d’un monument

Villa Cavrois

La villa Cavrois a ouvert ses portes au public, le 13 juin dernier, après quatorze années d’études et de restaurations. Située à Croix, au sud-ouest de Roubaix, dans le département du Nord, la villa Cavrois est une résidence privée commandée par Paul Cavrois, un riche industriel roubaisien, à l’architecte moderne Robert Mallet-Stevens, en 1929.

Qualifiée de véritable château moderne, la villa Cavrois, achevée en 1932, l’est d’abord par ses dimensions imposantes (sa façade mesure 60 mètres de long) et son organisation aristocratique avec une aile pour les parents et une autre pour les enfants et les domestiques. Elle l’est ensuite par ses volumes dépouillés, ses nombreux toits-terrasses, ses grandes baies vitrées, l’emploi de matériaux et de techniques industriels (béton armé, verre, acier), l’absence d’ornements et la présence d’équipements extrêmement modernes pour l’époque (chauffage central avec thermostat, ventilation, éclairage indirect, téléphonie, télégraphie sans fil, pendules électriques, ascenseur, piscine). C’est que la villa Cavrois répond à un nouveau mode de vie où se côtoient l’air, la lumière, le travail, les sports, l’hygiène, le confort et l’économie.

Villa Cavrois

Robert Mallet-Stevens ne s’est pas contenté de dessiner les plans de la résidence, il en a conçu également le mobilier et la décoration intérieure, ainsi que l’aménagement du parc de cinq hectares et son magnifique miroir d’eau, créant ainsi une véritable œuvre totale. Cette œuvre se caractérise par sa rectitude. On la retrouve aussi bien à l’extérieur, dans les allées du parc, qu’à l’intérieur, dans le mobilier et les éléments d’éclairage. Sur les façades de la villa, l’accent est mis sur les lignes horizontales. Ces dernières sont soulignées par les rambardes des différentes terrasses et le traitement du parement. Ainsi les joints verticaux sont de la même couleur que celle des briques alors que les joints horizontaux sont creusés et peints en noir. On retrouve là le même procédé que celui employé par Frank Lloyd Wright à la Robie House, vingt ans plus tôt.

Villa Cavrois

Durant la Seconde Guerre mondiale, la villa est occupée et transformée par l’armée allemande. La famille Cavrois y réemménage en 1947 et y effectue de nombreux aménagements. Paul Cavrois décède en 1965 et Lucie, son épouse, en 1985. Le mobilier est alors vendu aux enchères et la villa cédée, en 1988, à un promoteur immobilier qui projette de la détruire et de lotir le parc. La villa Cavrois est classée monument historique en 1990. Mais laissée à l’abandon, pillée, vandalisée et endommagée, la villa tombe en ruine lorsque l’État finit par l’acquérir en 2001. S’en suivent quatorze années d’études et de restaurations pour rendre à la villa Cavrois et à ce qu’il reste de son parc son état d’origine. Elle est aujourd’hui gérée par le Centre des monuments nationaux qui en assure l’entretien, la valorisation et l’ouverture au public.

Robert Mallet-Stevens

Robert Mallet-Stevens naît à Paris, en 1886, dans une famille d’origine belge. Il fait des études à l’École Supérieure d’Architecture et commence sa carrière en réalisant des espaces commerciaux et des décors de cinéma. Dans les années 1920, il conçoit plusieurs villas et hôtels particuliers, et se fait remarquer par sa participation à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925. En 1929, il participe à la création de la revue L’Architecture d’aujourd’hui et à la fondation de l’Union des Artistes Modernes qui réunit des artistes décorateurs et des architectes avant-gardistes, et dont il devient le premier président. Lorsque Paul Cavrois s’adresse à lui la même année, Robert Mallet-Stevens est donc une personnalité reconnue, au même titre que Le Corbusier. Il décède en 1945 et avec lui disparaît la majeure partie de ses archives. Son œuvre tombe peu à peu dans l’oubli avant d’être redécouverte dans les années 1980.

LEGO Villa Cavrois

Œuvre la plus aboutie de Robert Mallet-Stevens et exemple remarquable d’architecture moderne des années 1930, la villa Cavrois ne pouvait pas manquer d’inspirer les fans de LEGO. Une recherche rapide sur le web suffit en effet pour en découvrir quelques reproductions. La plus proche du style LEGO® Architecture est probablement celle d’un certain Jack Carter. Sa création est loin d’être parfaite, ne serait-ce qu’en ce qui concerne le choix de la couleur comme celui de certaines pièces. Mais Jack explique lui-même s’être débrouillé avec les moyens du bord. Sa reproduction n’a donc pas la prétention d’être aboutie. Elle n’en a pas moins le mérite de montrer le potentiel de ce bâtiment qui a toutes les caractéristiques pour rejoindre, un jour, la série LEGO® Architecture.

Concours LEGO® Architecture

Cadeaux LEGO Architecture

De Brickectura a aujourd’hui un an. Pour fêter cet événement je tenais à organiser un concours dont le principe est très simple. Je vous pose trois questions relatives à la série LEGO® Architecture. Vous avez jusqu’au vendredi 26 juin, 23h59, pour y répondre en laissant un commentaire à cet article. Ne vous inquiétez pas, ces derniers resteront secrets jusqu’à la date de clôture du concours. Ceci dit, si vous trouvez ce moyen plus rassurant, vous pouvez également m’envoyer vos réponses par courrier électronique à l’adresse suivante : debrickectura@yahoo.fr. Trois gagnants seront tirés au sort parmi ceux ayant les bonnes réponses. Je révélerai leurs noms, ainsi que l’ensemble des réponses, le dimanche 28 juin et leur enverrai leur cadeau dès la semaine suivante, à mes frais. Pour cette raison, j’ai décidé de limiter ce concours aux personnes résidant dans les pays de l’Union européenne et la Suisse.

Il y a trois lots à remporter (voir la photo ci-dessus). Le premier est constitué d’un t-shirt LEGO® Architecture et d’un exemplaire de l’ensemble 21023 Flatiron Building ; le second, d’un poster LEGO® Architecture et d’un exemplaire de l’ensemble 21019 The Eiffel Tower ; le troisième, d’un exemplaire de l’ensemble 21007 Rockefeller Center aujourd’hui épuisé. Ces cadeaux, ainsi qu’un exemplaire du livre LEGO® Architecture: The Visual Guide que j’ai décidé de mettre en jeu ultérieurement, m’ont été très gentiment offerts par le groupe LEGO. Je remercie donc tous ses membres et plus particulièrement Kim du CEE Community Support, ainsi que Kristina et toute l’équipe LEGO® Architecture.

Les questions sont les suivantes :

  1. Quel est le nom du premier ensemble officiel de la série LEGO® Architecture ? J’entends par nom la désignation complète avec la référence à cinq chiffres et le nom du bâtiment proprement dit (exemple : 75052 Mos Eisley Cantina).
  2. Quel est le nom du concepteur de l’ensemble 21022 Lincoln Memorial ?
  3. Frank Lloyd Wright, Le Corbusier, Ludwig Mies van der Rohe, Moshe Safdie, Zaha Hadid : Parmi ces cinq architectes, lequel ou laquelle n’a pas encore rejoint la série LEGO® Architecture ?

Bonne chance à tous !

De Brickectura souffle sa première bougie

Let Them Build Cake! (Part 2)

De Brickectura a un an aujourd’hui ! Les premiers articles datent, en effet, du 13 juin 2014. Quand l’annonce a été faite de l’apparition d’un nouveau blog consacré à la série LEGO® Architecture, certains se disaient sans doute à l’époque qu’il n’y aurait pas grand chose à dire sur ce sujet mais, un an plus tard, je suis moi-même surpris par sa richesse. Il ne m’aura ainsi fallu pas moins de 102 articles pour vous faire découvrir 1 photographe, 2 ouvrages, 6 ensembles LEGO®, 8 expositions, 40 bâtiments, 42 créateurs et 61 créations, sans compter la multitude de liens vers des sites web, des albums Flickr et des pages Facebook ! Cette richesse est loin de s’amenuiser puisque la toute nouvelle version du site web LEGO® Architecture laisse présager de futures « activités », que je prépare pour cet été l’interview du créateur le plus prolifique du moment, et que la rentrée s’annonce des plus chargées avec la tenue d’une nouvelle exposition, et les sorties du livre de Tom Alphin, The LEGO® Architect, ainsi que celle de l’ensemble LEGO® 21024 Louvre. La preuve, pour ceux qui en doutaient encore, qu’il y a toujours quelque choses à raconter sur De Brickectura. Merci à vous, surtout, qui participez à cette reconnaissance en lisant de quelque façon que ce soit ses articles ou en répondant à mes invitations pour tel ou tel projet : Cela mérite bien un concours  LEGO® Architecture !

Le site web LEGO® Architecture fait peau neuve

LEGO Architecture Website

Le site web LEGO® Architecture, partie intégrante de celui du groupe LEGO, a été repensé. Son fond noir a été remplacé par un autre gris anthracite plus moderne mais toujours aussi sobre. Chaque contenu est désormais accessible en cliquant sur une image plus ou moins grande conférant au site un nouvel environnement plus adapté à une utilisation tactile que traditionnelle.

Le contenu, quant à lui, est organisé en quatre onglets. Le premier onglet, intitulé « Architecture« , constitue la page d’accueil du site. Il contient un menu déroulant où apparaissent quatre des cinq derniers ensembles de la série, ainsi que des liens vers l’ensemble 21050 LEGO® Architecture Studio, l’histoire de la série telle qu’on la connaît déjà et l’ensemble 21022 Lincoln Memorial alors que ce dernier est déjà présent dans le menu déroulant. Le deuxième onglet, intitulé « Explorer« , contient deux nouveaux menus déroulants, l’un consacré aux ensembles encore disponibles et l’autre à ceux déjà épuisés, ainsi que trois liens identiques à ceux de l’onglet précédent si ce n’est que l’ensemble 21022 Lincoln Memorial y est remplacé par l’ensemble 21018 Le siège des Nation Unies. Le troisième onglet, intitulé « Produits« , regroupe une nouvelle fois les ensembles encore disponibles.

Vous l’aurez compris, d’un onglet à l’autre le contenu se répète sans grande originalité. Pourtant l’icône de l’onglet « Explorer », en forme de dépliant sur lequel est pointé un repère, pouvait laisser penser qu’on y trouverait un planisphère sur lequel auraient été placés les ensembles à l’endroit même où se trouvent les bâtiments qu’ils représentent. Cela aurait été un moyen original et instructif de découvrir la série LEGO® Architecture malheureusement, il n’en est rien. De plus, malgré son rabâchage, ce site n’est pas complet. Les ensembles 21016 Sungnyemun et 21021 Marina Bay Sands®, commercialisés uniquement en Asie, sont absents même des versions chinoises, coréennes et japonaises du site. Plus étrange encore, l’ensemble 21001 John Hancock Center a totalement disparu !

La seule originalité, jusque là, c’est l’insertion dans certaines pages d’une fenêtre vers la page Facebook LEGO® Architecture.

Flatiron Building Poster

La véritable nouveauté de ce site web, c’est l’apparition d’un quatrième onglet intitulé « Activités« . On y trouve pour l’instant une représentation, téléchargeable au format portrait ou paysage, de la version LEGO® du Flatiron Building accompagnée de l’inventaire des pièces qui la compose. Personnellement, j’adore le style et la composition de cette image mais, qu’on l’aime ou pas, il faut avant tout saluer cette démarche qui constitue une véritable surprise dont tout le monde peut profiter. Cela étant, que le titre de cet onglet soit au pluriel ne vous aura très certainement pas échappé, nous donnant ainsi le droit d’attendre d’autres de ces « activités ». Quelles seront-elles ? À quel rythme apparaîtront-elles ? L’avenir nous le dira. J’espère seulement que ce poster ne restera pas isolé et que le groupe LEGO se donnera les moyens de ses ambitions.

Michigan Central Station

LEGO Michigan Central Station

Pour sa dernière entrée sur le site web LEGO® Ideas, Guillaume Pisella, alias Archiwheel, revient sur un bâtiment existant puisqu’il s’agit d’une reproduction de la Michigan Central Station. Guillaume continue donc de remonter le temps et s’attaque à un style architectural encore plus ancien. Le résultat est tout aussi propre que les précédents et propose une polychromie agréable. D’un point de vue technique, c’est très certainement l’œuvre la plus simple que Guillaume ait conçue. Il s’est contenté d’utiliser la technique dite du SNOT pour construire la tour centrale du bâtiment ce qui permet de retranscrire parfaitement sa verticalité.

LEGO Michigan Central Station

Malheureusement Guillaume a inséré cette tour au milieu d’un hall coupé en deux, alors qu’elle semble comme posée dessus, ce qui, je trouve, dénature complètement la structure du bâtiment. D’autant que cette structure est accentuée dans la réalité par le fait que l’ensemble de la partie inférieure du bâtiment est plus claire que la tour centrale, ce que Guillaume aurait facilement pu reproduire en la concevant en blanc mais ce dont il n’a absolument pas tenu compte. C’est dommage car Guillaume nous avait habitués à mieux. On va dire pour sa défense qu’il s’est, cette fois, laissé aller à la facilité. Guillaume n’en demeure pas moins le créateur LEGO® Architecture le plus prolifique et, surtout, le plus intéressant du moment !

Michigan Central Station

La Michigan Central Station est l’ancienne gare ferroviaire de Detroit, dans l’état du Michigan, aux États-Unis. Inaugurée le 4 janvier 1914, elle a été conçue dans un style Beaux-Arts par les cabinets d’architectes Warren & Wetmore et Reed & Stem. Elle se compose d’une base où se trouvaient les espaces publics, et d’une tour de 18 étages qui accueillaient des bureaux. Très éloignée du centre-ville, la Michigan Central Station a particulièrement souffert de la baisse du trafic ferroviaire après la Seconde Guerre Mondiale, entraînant sa fermeture le 6 janvier 1988. Abandonnée, pillée et vandalisée, la Michigan Central Station n’a échappée à la destruction que grâce à son inscription au National Register of Historic Places en 1975. Elle est, encore aujourd’hui, en attente d’un programme de réhabilitation.

Masieri Memorial

LEGO Masieri Memorial (1)

Guillaume Pisella, alias Archiwheel, dont je vous ai déjà présenté les reproductions du Tokyo International Forum et de l’arche de la Défense propose deux nouveaux projets sur le site web LEGO® Ideas. Le premier d’entre eux est le Masieri Memorial. Cette création est intéressante à plus d’un titre. Tout d’abord de par sa forme qui est celle d’un prisme triangulaire. C’est une forme géométrique simple mais qui ne se réalise pas en briques LEGO® sans faire quelques concessions. Les jonctions entre les murs, comme on a pu s’en rendre compte avec l’ensemble 21023 Flatiron Building, ne sont jamais parfaites, et l’utilisation répétée de plaques triangulaires (corner plates) laisse immanquablement des espaces non recouverts. Fort heureusement, il n’y a qu’un seul mur oblique, situé à l’arrière du bâtiment, et Guillaume s’en sort plutôt bien. Ensuite, Guillaume a réalisé la façade de sa création en y intégrant des colonnes de tuiles lisses (flat tiles) montées verticalement, sans que la somme de leurs largeurs ne corresponde au multiple de celle d’une pièce de deux tenons. Cela crée donc à nouveau des interstices que Guillaume a réussi à masquer au maximum afin de préserver l’intégrité de la façade de sa création.

LEGO Masieri Memorial (2)

Mais ce qui est le plus intéressant dans cette réalisation, ce n’est pas tant son aspect esthétique ou sa construction technique mais le choix de son sujet. En effet, le Masieri Memorial n’a jamais été construit et est toujours resté à l’état de projet. On connait la série LEGO® Architecture pour ses reproductions de bâtiments célèbres. Certains fans en adopte le style pour reproduire des bâtiments disparus ou pour leur redonner un aspect qu’ils ont perdus comme, par exemple, dans la reproduction du Panthéon de Rome par Víctor Martínez Nouvilas. Guillaume, lui, explore une nouvelle voie en donnant vie à des projets architecturaux qui ne se sont jamais concrétisés. Cette démarche, à ma connaissance inédite, offre de nouvelles possibilités et promet de futures découvertes.

Masieri Memorial

Le Masieri Memorial est un des nombreux projets de l’architecte américain Frank Lloyd Wright. Proclamé plus grand architecte américain de tous les temps par l’American Institute of Architects, ce nom ne peut pas vous être étranger puisque c’est aussi celui de l’architecte le plus présent au sein de la série LEGO® Architecture. Frank Lloyd Wright a ainsi conçu le Solomon R. Guggenheim Museum®, Fallingwater, la Robie House et l’Hôtel Imperial.

L’origine de ce projet remonte à 1951, lorsque l’architecte italien Angelo Masieri demande à Frank Lloyd Wright de remplacer la maison qu’il possède à Venise, au bord du Grand Canal. Celui-ci accepte, malheureusement Angelo Masieri meurt l’année suivante dans un accident de voiture alors qu’il se rend chez son confrère. La famille du défunt demande alors à Frank Lloyd Wright d’adapter le projet en une résidence et bibliothèque, dédiée à la mémoire d’Angelo Masieri, au service des étudiants de l’Istituto Universitario di Architettura di Venezia (IUAV). Le projet de Frank Lloyd Wright fera débat, tant pour des raisons esthétiques qu’économiques et politiques (On est dans la période de l’après-guerre). Finalement les autorités de la ville rejetteront ce projet, le jugeant incompatible avec l’héritage architecturale de la cité.

National Mall

LEGO National Mall

Au début de l’année sortait l’ensemble 21022 Lincoln Memorial dont le livret nous rappelait l’importance de l’emplacement du monument à l’ouest du National Mall. Un emplacement hautement symbolique puisqu’il inscrit le mémorial dans l’axe du Capitole et du Washington Monument. C’est tout cet ensemble architectural que l’espagnol MSP! a reproduit dans une de ses dernières créations. En moins de 500 pièces, on y retrouve donc les monuments cités précédemment séparés par le National Mall proprement dit entre le Capitol et le Washington Monument, et par le Reflecting Pool entre ce dernier et le Lincoln Memorial. La composition se veut réaliste puisqu’on y distingue la végétation ainsi que l’eau de la Reflecting Pool, et met très bien en valeur l’axe constitué par l’ensemble.

LEGO Capitole

Si ce n’étaient ses plus de 1,30 mètres de long, cette création aurait tout à fait sa place au sein de la série LEGO® Architecture. On se rappelle que l’ensemble 21007 Rockefeller Center® proposait également de reproduire non pas un bâtiment isolé mais un complexe architectural et je regrette que l’équipe LEGO® Architecture n’ait pas renouvelé l’expérience. On pourrait pourtant imaginer un ensemble consacré à Angkor, à la Cité Interdite ou, pourquoi pas, à la Cité de Londres.

National Mall

Le National Mall est un parc qui se situe à Washington, dans le district de Columbia, aux États-Unis. Il a été aménagé au début du XXe siècle d’après les dessins réalisés à la fin du XVIIIe par l’architecte franco-américain Pierre Charles L’Enfant. Il comprend différents bâtiments parmi lesquels, à l’est, le Capitole où siège le Congrès américain, et, à l’ouest, le Washington Monument, un obélisque dressé à la mémoire de George Washington, premier président des États-Unis d’Amérique, et dont il constitue la limite occidentale. Bien qu’ils n’en fassent officiellement pas partie, on peut néanmoins y inclure le Lincoln Memorial que les fans de la série LEGO® Architecture connaissent bien et le Reflecting Pool, ce bassin qui relie le mémorial au Washington Monument.