États-Unis

Independence Hall

LEGO Independence Hall

Cela faisait des semaines que je l’attendais : Chris Elliott, alias ChrisElliottArt, a fini par révéler la reproduction de l’Independence Hall sur laquelle il travaillait depuis des mois, et le moins que l’on puisse dire est que cela valait la peine d’attendre ! Sa création est juste somptueuse et ce, à plusieurs points de vue : esthétique, technique et matériel.

Il me faut vous dire que j’adore la brique en tant que matériau de construction. J’ai donc une certaine attirance pour l’architecture georgienne dont c’est un des éléments caractéristiques et dont l’Independence Hall est un parfait exemple. Chris Elliott a donc très justement utilisé des pièces dont la couleur orange sombre (dark orange) restitue parfaitement celle de la brique. Mais Chris Elliott qui est par ailleurs photographe, designer et développeur web, a fait le choix d’accentuer certaines nuances de couleurs pour transformer ce qui aurait pu être une reproduction relativement simple en une création très colorée. Ainsi, au lieu d’utiliser uniformément du orange sombre (dark orange), il a préféré utiliser d’autres couleurs voisines comme du brun rougeâtre (reddish brown) pour le soubassement, et du orange vif (bright orange) pour les allées. De la même façon, il a reproduit le clocher, la balustrade, l’horloge du mur pignon et la porte en blanc, et a restitué les angles des murs et les corniches en gris (medium stone grey), alors qu’il aurait pu se contenter d’utiliser du blanc partout. Chris Elliott a également profité de certains éléments pour rajouter des touches de couleurs supplémentaires comme la statue de George Washington couleur argent (silver metallic), les cadrans des horloges couleur bleu et gris ardoise (sand blue), la girouette couleur or (warm gold) et le drapeau américain tricolore.

LEGO Independence Hall clocher

D’un point de vue technique, Chris Elliott a réalisé une bonne part de sa construction en utilisant la technique dite du SNOT. C’est-à-dire qu’il a conçu certaines parties de sa création en disposant les pièces non pas les tenons orientés vers le haut mais vers le côté, ce qui lui a permis de limiter la largeur des fenêtres à l’épaisseur d’une plaque (plate), et de réaliser une reproduction à la fois réduite et détaillée. Le plus remarquable est que les rangées de fenêtres ainsi créées sur la façade avant sont séparées par deux plaques et demi. En effet, Chris Elliott a utilisé la partie la plus fine de plaques d’angle (angle plates) pour réaliser une façade très finement détaillée. Enfin, je trouve très astucieuse la façon dont Chris Elliott a détourné des robinets (taps) pour réaliser la partie supérieure du clocher, ainsi qu’une main (mini hand) de minifigure pour représenter la girouette.

Je n’ai jamais snobé les créations numériques. Tout d’abord, parce que construire des créations en briques plastiques a un coût que tout le monde ne peut pas assumer. Ensuite parce que les pièces disponibles dans les logiciels de conception n’existent pas toutes réellement et que c’est parfois frustrant de devoir faire sans. Enfin parce que concevoir numériquement demande un travail qui n’est pas moins méritant. Cela étant dit, que Chris Elliott soit parvenu à réaliser une version plastique de sa reproduction de l’Independence Hall est encore plus exceptionnel. D’une part parce que ses choix esthétiques ont rendu l’acquisition de certaines pièces très difficile. C’est le cas, par exemple, de la plaque (plate) 1×1 orange sombre (dark orange) qui n’est présente dans aucun ensemble mais que Chris Elliott a quand même réussi à trouver sur BrickLink. D’autre part parce que Chris Elliott a été jusqu’à faire faire certaines pièces. C’est le cas des horloges du clocher que Chris Elliott a lui-même conçues et qu’il a fait imprimer par BrickEngraver dont j’ai déjà vanté la qualité du travail.

Fan de briques LEGO® et d’automobile, Chris Elliott réalisait avec sa reproduction de l’Independence Hall, non loin duquel il a vécu pendant trois ans, sa première création dans le style LEGO® Architecture. Photographe et designer, il est doté d’un très grand sens du détail. Le plus remarquable est qu’il ne se contente pas de reproduire l’Independence Hall, il exploite toutes les possibilités offertes par les briques LEGO® pour sublimer son modèle.

Independence Hall

L’Independence Hall, initialement Pennsylvania State House, est un bâtiment qui se situe à Philadelphie, dans l’état de Pennsylvanie, aux États-Unis. Construit entre 1732 et 1753 dans un style georgien propre au monde anglophone jusque dans la première moitié du XIXe siècle, l’Independence Hall a été érigé pour abriter l’assemblée coloniale de Pennsylvanie. Deux noms sont associés à sa conception, ceux d’Edmund Woolley et d’Andrew Hamilton. Des études récentes ont montré le rôle mineur joué par Andrew Hamilton, faisant d’Edmund Woolley le principal architecte de l’Independence Hall. Son clocher souffrant de problèmes structurels, il a été démonté en 1781 et reconstruit en 1828 d’après les plans de William Strickland. Cependant, l’Independence Hall est moins connu pour son architecture que pour les événements qui s’y sont passés. En effet, c’est à l’intérieur que furent rédigées et signées la Déclaration d’indépendance et la Constitution des États-Unis, respectivement en 1776 et 1787. Pour cette raison l’Independence Hall est classé sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979.

On sait peu de choses sur Edmund Wooley. Il est né en Angleterre vers 1695 et émigra aux États-Unis vers 1705. Il devint architecte et maître charpentier, et fut l’un des premiers membres de la Compagnie des charpentiers de la ville et du comté de Philadelphie. Il conçu différents bâtiments à Philadelphie et en Pennsylvanie dont la Whitefield Meeting House, construite en 1740 et qui était, à l’époque, le plus grand bâtiment de Philadelphie. Edmund Wooley est mort en 1771.

Publicités

Michigan Central Station

LEGO Michigan Central Station

Pour sa dernière entrée sur le site web LEGO® Ideas, Guillaume Pisella, alias Archiwheel, revient sur un bâtiment existant puisqu’il s’agit d’une reproduction de la Michigan Central Station. Guillaume continue donc de remonter le temps et s’attaque à un style architectural encore plus ancien. Le résultat est tout aussi propre que les précédents et propose une polychromie agréable. D’un point de vue technique, c’est très certainement l’œuvre la plus simple que Guillaume ait conçue. Il s’est contenté d’utiliser la technique dite du SNOT pour construire la tour centrale du bâtiment ce qui permet de retranscrire parfaitement sa verticalité.

LEGO Michigan Central Station

Malheureusement Guillaume a inséré cette tour au milieu d’un hall coupé en deux, alors qu’elle semble comme posée dessus, ce qui, je trouve, dénature complètement la structure du bâtiment. D’autant que cette structure est accentuée dans la réalité par le fait que l’ensemble de la partie inférieure du bâtiment est plus claire que la tour centrale, ce que Guillaume aurait facilement pu reproduire en la concevant en blanc mais ce dont il n’a absolument pas tenu compte. C’est dommage car Guillaume nous avait habitués à mieux. On va dire pour sa défense qu’il s’est, cette fois, laissé aller à la facilité. Guillaume n’en demeure pas moins le créateur LEGO® Architecture le plus prolifique et, surtout, le plus intéressant du moment !

Michigan Central Station

La Michigan Central Station est l’ancienne gare ferroviaire de Detroit, dans l’état du Michigan, aux États-Unis. Inaugurée le 4 janvier 1914, elle a été conçue dans un style Beaux-Arts par les cabinets d’architectes Warren & Wetmore et Reed & Stem. Elle se compose d’une base où se trouvaient les espaces publics, et d’une tour de 18 étages qui accueillaient des bureaux. Très éloignée du centre-ville, la Michigan Central Station a particulièrement souffert de la baisse du trafic ferroviaire après la Seconde Guerre Mondiale, entraînant sa fermeture le 6 janvier 1988. Abandonnée, pillée et vandalisée, la Michigan Central Station n’a échappée à la destruction que grâce à son inscription au National Register of Historic Places en 1975. Elle est, encore aujourd’hui, en attente d’un programme de réhabilitation.

National Mall

LEGO National Mall

Au début de l’année sortait l’ensemble 21022 Lincoln Memorial dont le livret nous rappelait l’importance de l’emplacement du monument à l’ouest du National Mall. Un emplacement hautement symbolique puisqu’il inscrit le mémorial dans l’axe du Capitole et du Washington Monument. C’est tout cet ensemble architectural que l’espagnol MSP! a reproduit dans une de ses dernières créations. En moins de 500 pièces, on y retrouve donc les monuments cités précédemment séparés par le National Mall proprement dit entre le Capitol et le Washington Monument, et par le Reflecting Pool entre ce dernier et le Lincoln Memorial. La composition se veut réaliste puisqu’on y distingue la végétation ainsi que l’eau de la Reflecting Pool, et met très bien en valeur l’axe constitué par l’ensemble.

LEGO Capitole

Si ce n’étaient ses plus de 1,30 mètres de long, cette création aurait tout à fait sa place au sein de la série LEGO® Architecture. On se rappelle que l’ensemble 21007 Rockefeller Center® proposait également de reproduire non pas un bâtiment isolé mais un complexe architectural et je regrette que l’équipe LEGO® Architecture n’ait pas renouvelé l’expérience. On pourrait pourtant imaginer un ensemble consacré à Angkor, à la Cité Interdite ou, pourquoi pas, à la Cité de Londres.

National Mall

Le National Mall est un parc qui se situe à Washington, dans le district de Columbia, aux États-Unis. Il a été aménagé au début du XXe siècle d’après les dessins réalisés à la fin du XVIIIe par l’architecte franco-américain Pierre Charles L’Enfant. Il comprend différents bâtiments parmi lesquels, à l’est, le Capitole où siège le Congrès américain, et, à l’ouest, le Washington Monument, un obélisque dressé à la mémoire de George Washington, premier président des États-Unis d’Amérique, et dont il constitue la limite occidentale. Bien qu’ils n’en fassent officiellement pas partie, on peut néanmoins y inclure le Lincoln Memorial que les fans de la série LEGO® Architecture connaissent bien et le Reflecting Pool, ce bassin qui relie le mémorial au Washington Monument.

The Collectivity Project

The Collectivity Project

Dans le cadre de son exposition Panorama, l’association new-yorkaise Friends of the High Line accueille The Collectivity Project, une œuvre de l’artiste danois Olafur Eliasson. Ce projet dont c’est la quatrième installation et qui s’est notamment déjà déroulé à Oslo en 2006 (voir image ci-dessus) mettra à la disposition des visiteurs de la High Line deux tonnes de briques LEGO® blanches pour leur permettre de concevoir leur propre paysage urbain. Ils seront en cela inspirés par des créations réalisées spécialement pour l’occasion par les cabinets d’architecture BIG | Bjarke Ingels Group, David M. Schwarz Architects, Diller Scofidio + Renfro, James Corner Field Operations, OMA New York, Renzo Piano Building Workshop, Robert A.M. Stern Architects, Selldorf Architects, SHoP Architects et Steven Holl Architects. De plus, l’installation servira de support à différentes activités à destination de tous les publics qui leur permettront de s’interroger sur l’architecture et l’urbanisme.

The Collectivity Project sera accessible librement tous les jours, du vendredi 29 mai au mercredi 30 septembre 2015, sur la High Line, à la hauteur de l’ouest de la 30e rue, à New York.

L’ensemble 21022 Lincoln Memorial à gagner sur ArchDaily

Voici une information qui devrait intéresser les lecteurs résidents aux États-Unis, et je sais qu’il y en a. ArchDaily, le fameux site web consacré à l’architecture, met en jeu deux ensembles 21022 Lincoln Memorial. Pour tenter d’en remporter un, rien de plus simple. Il vous suffit de vous rendre sur le site web, de vous y enregistrer et de laisser en commentaire à l’article Win a Set of LEGO Architecture’s Newly Released Lincoln Memorial le nom de l’ensemble LEGO® Architecture que vous préférez. Vous avez jusqu’à dimanche 11:59 (EST) pour participer. Les deux gagnants seront ensuite désignés par tirage au sort. Bonne chance !

Adam Reed Tucker reproduit Taliesin West

Adam Reed Tucker est l’inventeur de la série LEGO® Architecture. C’est un ancien architecte, aujourd’hui âgé de 43 ans, qui vit à Arlington Heights, dans la banlieue de Chicago. Son activité ayant souffert de la crise financière, Adam Reed Tucker s’est donc tourné vers son autre passion, les LEGO®. Il se fait alors remarquer par ses reproductions impressionnantes de gratte-ciel et retient l’attention de The LEGO Group. De cette rencontre naîtra une collaboration qui aboutira à la création de la série LEGO® Architecture. Aujourd’hui, Adam Reed Tucker est ce qu’on appelle un LEGO® Certified Professional, c’est-à-dire un créateur dont le talent et l’engagement sont reconnus par The LEGO Group, qui s’est spécialisé dans la reproduction d’édifices. C’est donc en toute logique que Sean Malone, le CEO et président de la Frank Lloyd Wright Foundation, s’est adressé à lui pour commander une reproduction de Taliesin West.

La reproduction d’Adam Reed Tucker mesure près de 2,50 mètres sur plus de 1,20 mètres. Elle est constituée de plus de 180000 pièces de 11 couleurs et 120 formes différentes. Elle a nécessité, de la part d’Adam Reed Tucker, 40 heures de recherche, 120 heures de conception et 260 heures de construction, le tout sans support informatique ! D’abord construite dans son studio, elle a ensuite été acheminée par camion jusqu’à Taliesin West où elle a été remontée avec le concours d’une classe d’environ 30 élèves. Le résultat est la plus grande reproduction d’une réalisation de Frank Lloyd Wright en briques LEGO® et, de son propre aveux, le chef-d’oeuvre d’Adam Reed Tucker. Révélée la semaine dernière, cette reproduction est exposée au Pavillon, à Taliesin West, jusqu’à fin avril.

Située à Scottsdale, en Arizona, aux États-Unis, Taliesin West est l’ancienne résidence d’hiver de l’architecte américain Frank Lloyd Wright. Elle accueille depuis le début le campus principal de la Frank Lloyd Wright School of Architecture et abrite désormais le siège de la Frank Lloyd Wright Foundation. Située dans le désert aride de Sonora, Taliesin West est une construction basse, étendue et ouverte afin de protéger ses occupants du soleil et de la chaleur en leur fournissant ombre et fraîcheur. Selon une habitude caractéristique de son architecte, Taliesin West a été construite avec des matériaux locaux comme cette pierre présente en abondance dans le désert et du bois de séquoia. De cette démarche résulte une relation très étroite entre l’édifice et son environnement qui contribue à son intégration dans le paysage. Commencée en 1937, Taliesin West n’a cessé d’évoluer jusqu’à la mort de Frank Lloyd Wright, en 1959, en fonction de ses idées et des travaux de ses étudiants. Elle ressemble aujourd’hui a un vaste complexe de bâtiments reliés par des terrasses, des jardins et des bassins. Taliesin West est, depuis 1982, reconnue Monument Historique National.

Lake Point Tower

Voici une reproduction de la Lake Point Tower de Chicago que l’on doit à l’allemand Jens Ohrndorf alias moctown. Jens est un fan d’architecture LEGO® et un créateur dont on a déjà pu remarquer les reproductions de la Ruskin Library de l’université de Lancaster, du Kranhaus Süd de Cologne ou bien encore du MetLife Building de New York.

Monochrome noir (excepté pour le rez-de-chaussée en tuiles blanches et transparentes) sa reproduction de l’immeuble a la sobriété des deux premiers ensembles de la série LEGO® Architecture, les 21000 Willis Tower et 21001 John Hancock Center. Composé de trois ailes identiques, son plan en Y rappelle quant à lui celui de l’ensemble 21008 Burj Khalifa, sans que l’on sache si Jens a utilisé le même rotor Technic à trois pales 4262978 quelque part. Ce que l’on peut voir, en revanche, c’est que Jens y a utilisé la technique du SNOT, c’est-à-dire que certaines pièces ne sont pas posées les tenons orientés vers le haut (Stud Not On Top) mais, en l’occurrence, vers le côté pour restituer le dessin curviligne des ailes en question.

Sobre et élégante, cette partie aurait pu suffire à elle-même. Mais Jens a également reproduit le parc attenant avec sa verdure, ses différents espaces et ses arbres, ainsi que l’espèce d’immense terrasse qui accueille l’ensemble. Le bâtiment s’en trouve ainsi valorisé. La terrasse permet de le surélever par rapport au niveau du plateau. Le vert du parc offre un contraste saisissant avec le noir de l’immeuble. Les arbres, quant à eux, permettent de faire la transition entre les lignes horizontales de la terrasse et celles verticales de la tour. Ces arbres ont également ceci de remarquable qu’ils ont été réalisés à l’aide de chevelures de minifigures. Cela permet d’obtenir un volume intéressant, plein de vie et de mouvement, et tout ça avec une seule pièce !

La Lake Point Tower est un immeuble résidentiel situé au bord du lac Michigan, dans le quartier de Streeterville, à l’embouchure de la rivière Chicago. Elle dispose donc d’un emplacement privilégié. Elle a été conçue par les architectes John Heinrich et George Schipporeit, tous deux élèves de Ludwig Mies van der Rohe à qui l’on doit notamment la Farnsworth House et qui enseigna à l’Illinois Institute of Technology à Chicago. Achevée en 1968, la Lake Point Tower était, avec ses 197 mètres de haut, le plus haut immeuble résidentiel du monde. D’abord imaginé en forme de X, son plan évolua pour prendre celle d’un Y au dessin curviligne avec pour contrainte technique de devoir résister aux vents violents qui soufflent à cet endroit. Composée de 70 étages, sa façade est recouverte d’un rideau de verre teinté. La Lake Point Tower est pourvue d’un parc privé d’un hectare comprenant une aire de jeux, une mare, une cascade artificielle, ainsi qu’une piscine. Le tout repose sur une structure parallélépipédique aménagée qui accueille services, boutiques et restaurants.

Isolée à l’est de la skyline de Chicago, la Lake Point Tower est un bâtiment emblématique de la célèbre cité des vents. Et quand on voit le résultat obtenu par Jens Ohrndorf, on peut s’étonner qu’Adam Reed Tucker, créateur de la série LEGO® Architecture basé à Chicago, n’en ait pas encore proposé une version officielle.

Geisel Library

Si je vous dis que c’est un américain de 34 ans qui vit à Seattle, dans l’état de Washington. Manager chez Microsoft, il tient un blog généraliste où il partage notamment sa passion pour les LEGO®. Fan de la série LEGO® Architecture, il a entrepris un recensement des plus belles reproductions personnelles classées par style architectural. Créateur à ses heures, son « LEGO® Architecture Studio 30-day challenge » a même été repris sur la page Facebook officielle de la série LEGO® Architecture… Je veux parler de Tom Alphin.

C’est à l’occasion du BrickCon, un rassemblement de fans de LEGO® qui a lieu tous les ans à Seattle et dont l’édition 2014 s’est tenue le week-end dernier, que Tom présentait sa nouvelle création, une reproduction de la Geisel Library. D’abord imaginée deux fois plus grande, Tom a dû, pour des raisons de coût trop élevé, revoir ses ambitions à la baisse. Si elle perdait ainsi forcément en détail, sa reproduction a su conserver l’essence de son modèle tout en collant davantage à l’esprit de la série LEGO® Architecture. Offrant un beau contraste de briques blanches et bleu transparent, montée sur un plateau mesurant 18×18 tenons bordé de noir, et bénéficiant d’une tuile lisse imprimée du nom de l’édifice, sa création soutient parfaitement la comparaison avec les ensembles de la série.

La Geisel Library (initialement Central Library puis University Library Building) est l’une des bibliothèque de l’université de Californie à San Diego (UCSD), à La Jolla plus précisément. Elle a été conçue à la fin des années 60 par l’architecte William L. Pereira dans un style brutaliste. Haute de 33,50 mètres et large de 61 mètres, elle se caractérise par ses formes anguleuses et répétées réalisées en béton armé. C’est en 1995 qu’elle acquiert son nom actuel, en hommage à Audrey et Theodor Seuss Geisel, de généreux donateurs.

Legodelphia

Le week-end dernier s’est déroulé le Philly Brick Fest 2014, un rassemblement de fans de LEGO® qui s’est tenu à Philadelphie, aux États-Unis. A cette occasion était présentée au public Legodelphia, une reproduction en briques LEGO® du centre de Philadelphie, projet d’un certain Levi Buffum alias Doctor Octoroc, un designer graphique indépendant.

L’histoire remonte au début du mois de mars 2014. A l’époque, Levi Buffum possède tous les ensembles de la série LEGO® Architecture et commence à s’ennuyer. Il décide alors de se lancer dans la réalisation d’une reproduction du Liberty Place (ci-dessus, au centre), un complexe immobilier de Philadelphie comprenant deux gratte-ciel, un hôtel et un centre commercial. Satisfait, Levi Buffum continue en réalisant un second îlot urbain, puis un troisième etc. C’est ainsi qu’est né le projet de réaliser la majeure partie du centre de Philadelphie.

Legodelphia reproduit la partie de Philadelphie comprise entre le Delaware à l’est, la Schuylkill à l’ouest, Race Street au nord et Spruce Street au sud, soit une superficie d’environ 3,8 km². Réalisée à une échelle d’environ 1/2100, la construction mesure 208×64 tenons, plateau compris. Ce dernier est divisé en quatre parties afin d’en faciliter le transport. Chaque îlot urbain est indépendant et est juste posé dessus de façon à pouvoir être retiré facilement et de permettre d’en observer tous les détails de plus près.

En plus du centre de Philadelphie, Levi Buffum a également incorporer au projet les reproductions du Philadelphia Museum of Art (en haut à droite) et des stades Wells Fargo Center (en bas à droite), Lincoln Financial Field (en bas à gauche) et Citizens Bank Park (en haut à gauche). Au total Legodelphia aura ainsi nécessité plus de 20000 pièces !

Les prochains ensembles de la série LEGO® Architecture

On connait désormais l’identité des deux prochains ensembles de la série LEGO® Architecture. L’information ne provient pas d’une source officielle mais du catalogue en ligne d’un grossiste helvète, Max Bersinger AG, normalement réservé aux professionnels mais dont un lien d’accès a été révélé, en milieu de semaine, par un internaute sur l’un des forums d’Eurobricks. Probablement trop en avance ou pas assez discret au goût de The LEGO Group, le marchand suisse a depuis supprimé ces références de son catalogue. Leurs fiches détaillées ne contenaient pourtant ni photographie, ni prix, ni date de sortie mais juste le nom et la référence ce qui, vous en conviendrez, est déjà beaucoup.

Le prochain ensemble de la série LEGO® Architecture sera donc le 21022 Lincoln Memorial. Il s’agit de ce fameux monuments, aux allures de temple grec, construit à Washington, aux États-Unis. Erigé en l’honneur de l’ancien président Abraham Lincoln, dont il abrite une statue monumentale, il a été construit entre 1914 et 1922 d’après les plans de l’architecte Henry Bacon qui l’a imaginé dans un style néo-classique, caractérisé ici par sa colonnade extérieure. Monument emblématique situé à l’ouest du parc du National Mall, dans l’alignement du Washington Monument et du Capitol, le Lincoln Memorial  est le lieu de nombreux grands rassemblements, le plus célèbre étant peut-être la Marche vers Washington pour le travail et la liberté, en 1963, au cours de laquelle Martin Luther King, Jr. prononça son fameux discours « I Have a Dream ».

L’ensemble suivant sera le 21023 Flatiron Building. Le Flatiron Building, initialement Fuller Building, est un immeuble de bureaux de 87 mètres de haut situé à New York, à l’angle de la 5e avenue et de Broadway, dans l’arrondissement de Manhattan. Construit entre 1900 et 1902, il se démarque des gratte-ciel new-yorkais de l’époque dont la forme est généralement celle d’une tour émergeant d’une base plus ou moins imposante comme ce sera par exemple encore le cas, quelques années plus tard, avec la Metropolitan Life Insurance Company Tower (Met Life Tower). Conçu par l’architecte Daniel Burnham, celui-ci reprend l’un des principe de l’Ecole de Chicago en organisant la façade comme une colonne antique avec une base, un fût et un chapiteau qu’il habille dans un style Beaux-Art très ornementé. Mais ce qui caractérise le plus le Flatiron Building, c’est sa forme en fer à repasser, dû à l’angle que forment les deux artères à ce carrefour, dont il tire son nom.

Les deux prochains ensembles de la série LEGO® Architecture seront donc consacrés à des édifices américains, datant tous les deux du premier quart du XXe siècle et dont le style fait référence, plus ou moins directement, à l’Antiquité. Mais leurs points communs s’arrêtent là car, hormis le fait que le premier devrait être blanc et le second couleur sable, ces deux ensembles devraient être très différents l’un de l’autre.

P.S. : Le site web de vente en ligne BRICKshop Holland annonce la sortie de l’ensemble 21022 Lincoln Memorial le jeudi 15 janvier 2015 au prix de 29,95 euros et celle de l’ensemble 21023 Flatiron Building le vendredi 15 mai 2015 au prix de 39,95 euros.