Víctor Martínez Nouvilas

« Construye tu ciudad »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Construye tu ciudad » est le titre d’une exposition de créations et d’ensembles LEGO® Architecture, celle-là même dont Víctor Martínez Nouvilas nous avait parlée dans son interview et pour laquelle il a construit sa reproduction de l’Edificio Metrópolis. Organisée par ALE!, l’Asociación cultural de aficionados a LEGO de España, elle regroupe plus d’une vingtaine de reproductions d’édifices essentiellement madrilènes et espagnols réalisée par les membres du LUG*, ainsi que la dizaine d’ensembles de la série LEGO® Architecture encore commercialisée. J’ai essayé de retrouver toutes ces créations et de vous en présenter un diaporama à l’aide de photos prises par leurs créateurs avant l’exposition ou bien directement sur place mais il se peut que certaines m’aient échappé et je m’en excuse.

Étaient également organisés, en marge de l’événement, deux ateliers de construction autour de l’ensemble 21050 LEGO® Architecture Studio qui ont pu réunir une cinquantaine de participants chacun.

Cela fait maintenant plus d’un an que je m’intéresse à la série LEGO® Architecture et cette exposition constitue à ma connaissance la plus grande collection de créations du genre. Je trouve le résultat remarquable et me dis que l’idée pourrait être reprise en France, et plus précisément à Paris, notamment à l’occasion de la sortie de l’ensemble 21024 Louvre prévue en septembre prochain. Si l’entreprise vous tente, alors je vous invite à me laisser un commentaire avec vos coordonnées (Ne vous inquiétez pas, elles ne seront visibles que par moi) afin que je juge de l’intérêt suscité par un tel projet.

L’exposition « Construye tu ciudad » est présentée jusqu’au dimanche 5 avril à la Fnac Callao, calle Preciados, à Madrid, avant de voyager dans les différentes Fnac de la province.

* Acronyme anglais de LEGO® User Group (Groupe de fans de LEGO®).

Publicités

Museo del Prado

Il nous en avait parlé lors de son interview le mois dernier, Víctor Martínez Nouvilas, alias MolochBaal, vient de réaliser une nouvelle version virtuelle du Museo del Prado. Comme dans ses précédentes créations que je vous ai déjà présentées, à savoir le Panthéon de Rome et l’Edificio Metrópolis, le style de la série LEGO® Architecture y est parfaitement reconnaissable mais, comme à son habitude, Víctor prend quelques libertés avec celui-ci. En effet, même si sa création repose sur un plateau avec une bordure noire, cette dernière est constituée de tuiles à 45 degrés (Roof Tile/45°). Surtout, il ne se contente pas seulement de reproduire l’édifice mais réinterprète également son environnement urbain en intégrant dans sa création des reproductions de véhicules. Le résultat est une création personnelle, colorée et animée, très bien réalisée.

Le Museo Nacional del Prado est situé en plein cœur de Madrid, en Espagne. C’est le plus grand musée du pays, et l’un des plus importants au monde. Il fut conçu en 1785, dans un style néo-classique, par l’architecte Juan de Villanueva, et faisait partie d’un plan d’urbanisation de la capitale voulu par Charles III, le roi d’Espagne. D’abord destiné à accueillir le Cabinet d’histoire naturelle, le bâtiment reçu finalement les collections royales de peinture et de sculpture, et ce nouveau Musée Royal de Peinture ouvrit ses portes au public en novembre 1819. Il fut nationalisé en 1868 et devint le Musée National de Peinture et de Sculpture jusqu’en 1920, année où fut officiellement adopté le nom de Musée du Prado. Ses collections croissant, deux extensions furent ajoutées dans la première moitié du XXe siècle à l’arrière de la partie centrale.

Interview du fan de LEGO® et créateur Víctor Martínez Nouvilas

Je vous ai présenté tout récemment le Panthéon de Rome et l’Edificio Metrópolis, deux créations d’un seul et même fan de LEGO® madrilène, Víctor Martínez Nouvilas alias MolochBaal et lokosuperfluoLEGOman. Ces deux créations ont en commun de s’inspirer de la série LEGO® Architecture dont on reconnaît immédiatement le style, tout en prenant de la liberté avec ses codes en y insufflant notamment un semblant de vie humaine. Interpellé j’ai donc contacté Víctor qui a bien voulu se prêter, avec beaucoup de gentillesse et d’enthousiasme, au jeu d’une interview dont je vous rapporte ici les questions et les réponses. Le moyen pour nous de faire connaissance avec ce jeune créateur à la production pourtant déjà ancienne et hétéroclite, et l’occasion également de découvrir une communauté de fans de LEGO® espagnole très dynamique.

De Brickectura (D.B.) : Nous savons que tu t’appelles Víctor Martínez Nouvilas, que tu vis à Madrid et que tu es étudiant. Peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ? Quel âge as-tu ? Qu’étudies-tu ? A quel niveau d’études es-tu rendu ?

Víctor Martínez Nouvilas (V.M.N.) : J’ai 20 ans et je suis en troisième année de licence de physique à l’université complutense, à Madrid. J’aime l’art et l’architecture, en particulier ceux grecs et romains. J’aime l’harmonie, la clarté et la rationalité que les Anciens parvenaient à insuffler dans leurs œuvres.

D.B. : Depuis quand joues-tu aux LEGO® ? Est-ce que tu préfères collectionner des ensembles ou concevoir tes propres créations ? Quelle est ta série LEGO® préférée ?

V.M.N. : Aussi loin que remonte ma mémoire, j’ai toujours joué aux LEGO® ; d’abord avec les LEGO® Duplo puis, quand j’ai été un peu plus grand, avec les LEGO® System et les LEGO® Technic. Aujourd’hui je crée de temps en temps, quand l’inspiration me vient et que j’ai du temps libre. J’aime concevoir mes propres créations. Après tout les LEGO® ont été imaginés pour permettre de construire et de reconstruire tout ce qui te vient à l’esprit ! Hormis quelques exceptions, je n’achète presque jamais d’ensembles, et je ne pense pas avoir de série LEGO® favorite. J’aime les ensembles LEGO® Architecture ainsi que les modulaires, les séries Castle et the Lord Of The Ring mais également les LEGO® Star Wars et de science-fiction en général (Il est notamment prévu un ensemble LEGO® Ideas basé sur la série télévisée Doctor Who*, et j’ai vraiment hâte qu’il sorte !), et tout ensemble relatif aux sciences comme le 10231 Shuttle Expedition ou le 21104 Curiosity Rover.

D.B. : Tu as reproduit l’Edificio Metrópolis dans le style modulaire en 2010. Pourquoi l’as-tu recréé aujourd’hui dans le style LEGO® Architecture ? Un rapport avec le prochain ensemble 21023 Flatiron Building ? Ta création a un plateau arrondi et plusieurs petites voitures. Ces éléments sont étrangers à la série LEGO® Architecture. Pourquoi l’as-tu réalisée ainsi ?

V.M.N. : Premièrement parce que ALE!, l’un des LUG** dont je suis membre, organise le concours « Architecture & Bricks » dont les réalisations seront exposées dans certaines Fnac de Madrid à partir du mois prochain. Deuxièmement pour que sa construction puisse être réalisable sans dépenser trop d’argent (La version modulaire de 2010 est toujours restée à l’état de fichier LDD***). Le bâtiment étant assez étroit, et aussi parce qu’il est situé à un croisement particulier, je trouvais qu’un plateau rectangulaire aurait laissé trop d’espace vide. J’ai donc décidé de rendre sa forme similaire à celle du bâtiment. Les voitures et les véhicules miniatures ont été ajoutés à la dernière minute. Je me disais qu’ils pourraient apporter un peu de vie à la composition puisque le bâtiment original est lui-même situé à un endroit très animé.

D.B. : De même les ensembles LEGO® Architecture reproduisent les bâtiments tels qu’ils apparaissent aujourd’hui et non tels qu’ils étaient auparavant. Pourtant tu as reproduit le Panthéon non pas tel qu’il apparaît de nos jours mais tel qu’il était à l’origine, en 125 après Jésus-Christ. Pourquoi ? Tu as placé deux brasiers à l’entrée de ta création. Je n’ai pas trouvé la trace de leur existence. Ils existaient vraiment ? Surtout, pourquoi les as-tu reproduits avec du feu ? Ce dernier détail m’intrigue beaucoup !

V.M.N. : Bien que le Panthéon soit un des (sinon le) temples romains les mieux conservés, je pensais que si je le reproduisais tel qu’il pouvait ressembler quand il fut terminé, le résultat serait plus chatoyant. Les brasiers sont juste un petit rajout dont je trouvais le rendu sympa. Je ne sait pas si le Panthéon en avait mais je crois que c’était courant dans les temples romains d’avoir des brasiers de chaque côté des marches du podium.

D.B. : Pour finir, quels sont tes prochains projets ?

V.M.N. : En ce qui concerne l’architecture, j’ai fini une nouvelle version du Museo del Prado que j’ai déjà conçu il y a quelques années dans le style LEGO® Architecture et dont je mettrai bientôt des images en ligne. J’ai aussi fait dans le même style une version LDD du Very Large Telescope de l’Observatoire européen austral (ESO), au Chili, que j’espère également pouvoir réaliser en briques. Par ailleurs, je construisais depuis octobre une gare ferroviaire à l’échelle minifigure dont je dois encore prendre des photos correctes. Sans lien avec l’architecture, je suis en train de travailler sur quelques scènes basées sur Doctor Who et les œuvres de H. P. Lovecraft.

Un immense merci à Víctor pour s’être prêté au jeu de cette interview. Je continuerai bien entendu de vous tenir informés de ses prochaines créations architecturales. Et bonne chance pour le concours dont j’essaierai également de vous faire une présentation. Muchas gracias Víctor y buena suerte para el concurso !

P.S. : Toutes les créations, exceptée la bannière « Architecture & Bricks » sont de Víctor.

* La saison 8 de cette série de science-fiction britannique sera diffusée à partir de mars sur France 4.

** Acronyme anglais de LEGO® User Group (groupe de fans de LEGO®).

***Acronyme anglais de LEGO® Digital Designer, logiciel gratuit de conception assistée par ordinateur de modèles LEGO®.

Edificio Metrópolis

La deuxième création mise en ligne par Víctor Martínez Nouvilas alias MolochBaal sur sa galerie Flickr la semaine dernière, c’est cette reproduction de l’Edificio Metrópolis à Madrid. Là encore, ce n’est pas la première fois que Víctor s’intéresse à ce monument puisqu’il en avait déjà proposé une version sur le site web MOCpages, en 2010, à l’échelle minifigure, dans un esprit proche des fameux modulaires tel que le récent ensemble 10246 Detective’s Office. Cette nouvelle version s’inspire quant à elle de la série LEGO® Architecture. L’échelle y est plus réduite et le monument est présenté sur un plateau entouré d’une bordure noire sur laquelle on peut lire le nom de l’édifice. Cependant Víctor prend aussi quelques libertés par rapport à la série. En effet le plateau n’a pas ici la forme d’un rectangle ou d’un T mais celle, inédite, d’un fer à repasser. De plus Víctor accompagne sa création de reproductions de véhicules qui comme les flammes de son Panthéon de Rome témoignent d’une activité humaine et amènent ainsi un peu d’animation à sa composition.

L’Edificio Metrópolis se situe à l’angle de la calle de Alcalá et de la Gran Vía, à Madrid. Les deux artères s’y coupent en angle aigu ce qui explique la forme en fer à repasser du bâtiment qui n’est pas sans évoquer celle du Flatiron Building à New York. Commandé en 1907 par la compagnie d’assurance la Unión y el Fénix, il a été conçu dans un style beaux-arts par les architectes français Jules et Raymond Février. Achevé en 1910, il a été inauguré l’année suivante. Outre par sa forme, le bâtiment se caractérise également par sa rotonde. Celle-ci est flanquée de quatre colonnes jumelées surmontées de sculptures allégoriques du commerce, de l’agriculture, de l’industrie et de la mine. Son dôme accueillait à l’origine une statue de Ganymède monté en amazone sur un phénix, symbole de la société. En 1972 le bâtiment est racheté par les assurances Metrópolis qui lui donnèrent leur nom et remplacèrent l’ancienne statue par une nouvelle représentant la Victoire de Samothrace qu’on peut encore admirer aujourd’hui.

Le Panthéon de Rome

Si l’actualité du mois de janvier a été dominée par la sortie de l’ensemble 21022 Lincoln Memorial et la découverte des ensembles 21023 Flatiron Building et 21024 Louvre révélés à la dernière Spielwarenmesse, celle du début du mois de février pourrait bien l’être par l’espagnol Víctor Martínez Nouvilas. Víctor, alias MolochBaal, est un étudiant madrilène fan de LEGO® qui vient d’ajouter sur sa galerie Flickr deux très belles créations. La première à laquelle est consacré cet article est une reproduction du Panthéon de Rome, en Italie.

L’intérêt de Víctor pour le Panthéon n’est pas récent puisqu’il en avait déjà conçu une reproduction en 2011, reproduction qu’il avait d’ailleurs proposée sur LEGO® Cuusoo, l’ancêtre de LEGO® Ideas. Cette nouvelle version comprend 507 pièces. Elle mesure 18 tenons de large, 24 de profondeur et 10,1/3 briques de haut, plateau compris. Les volumes et les proportions du modèle original sont plutôt bien respectés, et Víctor a réussi à conserver le contraste entre un portique léger et un bâtiment de transition et une rotonde massifs. Reproduction polychrome, le choix des couleurs y est parfois discutable comme le fait d’en avoir choisies deux différentes pour concevoir le portique d’une part et le bâtiment de transition et la rotonde d’autre part, ce qui rompt avec la volonté d’unité de l’ensemble. Ailleurs Víctor en fait une meilleure utilisation pour suggérer le décors sculpté comme les corniches. Mon coup de cœur va cependant à l’utilisation de bracelets (pièce 33291 Bracelet Upper Part) pour recréer les chapiteaux corinthiens des colonnes du portique.

Mais ce qui m’interpelle le plus, c’est la volonté de Víctor de rendre au monument une sorte d’état originel. En effet, la réalisation de Víctor ne reproduit pas le Panthéon tel qu’on peut le voir aujourd’hui mais surélevé de plusieurs marches tel qu’il était dans le passé. D’autre part, Víctor a pris soin de préciser dans le visuel qui reprend celui des boîtes de la série LEGO® Architecture que sa reproduction est celle du modèle original en 125 après Jésus-Christ. Ce type d’information chronologique est totalement absent de la série et n’est indiqué ni sur la boîte ni sur le livret d’aucun ensemble. Et pour cause puisqu’il est contraire à sa philosophie qui a toujours été de restituer les édifices dans leur état actuel. Enfin et surtout, Víctor a placé à l’avant de sa composition deux brasiers. Le problème n’est pas de savoir si leur présence est attestée ou non à cette époque (encore que) mais plutôt d’avoir fait le choix de les représenter avec une flamme, c’est-à-dire allumés. Ce détail, aussi petit soit-il, a pour effet d’apporter, plus qu’un semblant de vie, une trace d’activité humaine primitive là encore étrangère à la série. Au final, il est intéressant de voir comment d’un côté Víctor a fait des efforts pour inscrire sa création dans le courant de la série LEGO® Architecture en en reprenant tous les codes visuels, et de l’autre comment il s’en démarque en renvoyant son sujet dans un passé révolu.

Le Panthéon de Rome se situe piazza della Rotonda, en plein cœur de la ville. C’est un ancien temple construit pour la première fois en 27 avant Jésus-Christ à l’initiative du consul Agrippa dont on peut encore lire le nom sur la façade principale. Détruit lors d’un incendie en 110, il est reconstruit sous le règne de l’empereur Hadrien vers 125. C’est à ce moment qu’il acquiert la forme si particulière qu’on lui connaît encore aujourd’hui. Le monument est alors élevé sur un podium de 1,3 mètres de haut qui a quasiment disparu aujourd’hui à cause de la surélévation du niveau du sol dû à un phénomène d’accumulation de matière. Il est composé d’un portique rectangulaire coiffé d’un toit à deux versants supporté par seize colonnes, d’une structure intermédiaire rectangulaire pourvue d’un toit-terrasse, et d’une rotonde recouverte d’un dôme. Le Panthéon offre donc un double contraste : Un premier au niveau des formes employées et un second au niveau de la densité des volumes représentés entre d’un côté un portique très léger et de l’autre, un corps de bâtiment très massif. La liaison entre ces divers éléments s’opère grâce à la présence de corniches dont le motif des modillons est répété aussi bien le long de la rotonde et de la structure intermédiaire que sur les côtés des frontons ; une caractéristique que Víctor a plus ou moins bien restituée dans sa reproduction.